Que peuvent attendre les investisseurs obligataires à l'horizon de 2022 ?

En 2022, la croissance économique ralentira et les banques centrales agiront. En conséquence, selon les experts des titres à revenu fixe de Schroders, l’économie mondial sera plus volatile en 2022.

Ils tirent trois enseignements importants de l'année particulière qui vient de s’écouler.

  • Le cycle économique actuel a évolué rapidement, bien plus vite que la reprise après la crise financière. Cela s'explique par la combinaison du soutien de la politique monétaire et budgétaire et de la nature unique du choc.
  • La pandémie de Covid a eu des conséquences majeures non seulement sur la demande mondiale totale, mais aussi, dans une mesure cruciale, sur l'ensemble de l'offre. Par conséquent, les considérations entre croissance et inflation sont devenues plus nuancées et complexes, mais il est également essentiel pour les économistes, les investisseurs et les banques centrales de bien les comprendre.
  • Il y a des limites à la tolérance des banques centrales en matière d'inflation. Il est primordial qu'elles soient prêtes à réduire leur politique accommodante dès que cette tolérance est dépassée. Schroders voit que l'intérêt que les banques centrales portent à la « forward guidance » se réduit au profit de l’« optionnalité ». Cela devrait se poursuivre bien au-delà de 2022.

Selon Schroders, à mesure que 2022 approche, on se rendra mieux compte du pic de croissance enregistré au second semestre 2021. L'année prochaine, la croissance restera certes au-dessus du niveau tendanciel, mais elle ralentira probablement en raison du ralentissement de la croissance en Chine. Dans cet environnement, Schroders n'attend pas de hausse significative des rendements obligataires, surtout à moyen et à plus long terme. Ces rendements sont déterminés par la dynamique de la croissance mondiale et des caractéristiques structurelles telles que les niveaux d'endettement. 

Story image

Impact pour les investisseurs

Les principales banques centrales se manifestent de plus en plus. Elles s'efforcent particulièrement de veiller à ce que l'inflation ne devienne pas une menace persistante. Cette année, elles se sont trop souvent laissé surprendre par les taux d'inflation élevés. Schroders pense que le changement de ton va se poursuivre en 2022. C’est ce qui est clairement ressorti de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine en décembre, à l'occasion de l'adoption d'une attitude plus ferme.

Selon Schroders, cela aura des implications notoires en termes d'investissement.

  • Une combinaison d'un ralentissement de la dynamique de croissance, même si elle reste solide en termes absolus, et une plus grande fermeté de la FED devrait entraîner une aplatissement des courbes de taux et apporter un soutien au dollar américain par rapport à d'autres devises.
  • Certaines banques centrales, en particulier dans les marchés émergents, sont bien plus loin dans le processus de normalisation et sont donc plus proches du point final. Selon Schroders, des positions longues en devises locales sur certains de ces marchés émergents pourraient devenir attractives au premier trimestre 2022. Cela est lié à l'avis de Schroders selon lequel le pic des pressions inflationnistes cycliques est proche ou peut-être déjà passé. L'inflation devrait rester élevée en 2022 en termes absolus, étant donné que la pression sur les prix dans le secteur des biens s'étend au secteur des services de l’économie. En outre, les hausses salariales ont été fortes en 2021. Mais l'évolution la plus importante pour les marchés sera si et, ce qui est plus probable, quand l'inflation nominale atteindra son point culminant, même si les pressions inflationnistes à moyen terme ne l'ont pas fait. Il existe une corrélation étroite entre l'inflation générale et les actifs liés à l'inflation. Lorsque l'inflation nominale aura atteint son point culminant, cela devra également se refléter dans ces actifs, ce qui pourrait devenir un nouveau frein à un glissement vers une politique plus stricte des banques centrales.
  • Les perspectives pour les actifs plus risqués, comme les obligations d'entreprises, sont moins attractives qu'en 2021. Cela est également conforme à la vision de Schroders selon laquelle les banques centrales prêtent davantage attention aux risques d'inflation mondiaux et que le cycle actuel a déjà atteint son pic. 

Il est encore trop tôt pour devenir franchement négatif envers les obligations, du moins aussi longtemps que la croissance économique ne ralentit pas plus fortement que dans le scénario de base. Schroders pense toutefois que l'environnement macroéconomique passe clairement dans une dynamique de mi-cycle qui met davantage l'accent sur la rotation sectorielle au sein de cette classe d'actifs. La volatilité accrue causée par les banques centrales et les marchés obligataires devrait se répercuter vers les investissements plus risqués, ce qui donnera lieu à de multiples opportunités, mais requerra également de la patience.

Lire aussi

Contacts presse

Wim Heirbaut Press and media relations, BeFirm
Tânia Jerónimo Cabral Head of Marketing Schroders Benelux, Schroders
A propos de Schroders

Schroders plc

En tant que gestionnaire d'investissement mondial, nous gérons de manière active et responsable des investissements pour un large éventail d'institutions et de particuliers, afin de les aider à atteindre leurs objectifs financiers et à préparer l'avenir. Le monde est en perpétuel changement, et comme nos clients sont au centre de tout ce que nous faisons, nous comprenons la nécessité de continuer à adapter et à faire évoluer nos activités en fonction de ce qui compte le plus pour nos clients, aujourd'hui et à l'avenir.

Notre succès continu repose sur une expérience et une expertise historiques, grâce auxquelles nous nous associons à nos clients pour élaborer des produits et des solutions innovants dans nos cinq domaines d'activité, à savoir les actifs privés et alternatives, les solutions, les fonds communs de placement, la gestion institutionnelle et la gestion de patrimoine, et nous investissons dans un large éventail d'actifs et de zones géographiques. En combinant notre engagement envers la gestion active et l'accent mis sur le développement durable, nos capacités stratégiques sont conçues pour offrir des résultats positifs à nos clients.

Nous sommes responsables de 815,8 milliards d'euros* d'actifs clients, gérés localement par 42 équipes d'investissement à travers le monde. En tant qu'entreprise mondiale employant plus de 5 500 collaborateurs talentueux répartis sur 37 sites, nous sommes en mesure de rester proches de nos clients et de comprendre leurs besoins. Nous avons plus de 200 ans d'expérience en matière d'investissement et d'innovation et nous restons déterminés à créer un avenir meilleur en investissant de manière responsable pour nos clients.

Pour davantage d'informations sur Schroders, veuillez consulter www.schroders.com.

Schroders est placée sous la surveillance de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) en Belgique et de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg.

*Données au 30 juin 2021

Schroders