Skip to Content

La pandémie a accru l’importance qu’accordent les investisseurs aux questions de durabilité malgré les incertitudes quant à la performance

Enquête Global Investor Study 2021 de Schroders

Communiqué de presse - 14 octobre 2021

L’impact de la pandémie a accentué la sensibilité de la plupart des investisseurs aux enjeux environnementaux et sociaux, et ce malgré les critiques concernant le manque de données de performance axées sur le développement durable, selon l’enquête Schroders Global Investor Study1.

Les conclusions de notre enquête phare, menée auprès de plus de 23 000 investisseurs basés dans 33 localisations à travers le monde, ont révélé que 57 % des investisseurs accordent une plus grande importance aux questions sociales et 55 % aux questions environnementales. Il est intéressant de noter que l’accent mis sur la génération de rendements supérieurs a diminué par rapport à l’année dernière.

Story image

Toutefois, plus de la moitié (53 %) des investisseurs affirment toujours que les données/preuves démontrant que l’investissement durable génère de meilleurs rendements les inciteraient à augmenter leur allocation.

40 % des investisseurs ont déclaré qu’un reporting régulier mettant en évidence l’impact de leurs investissements les inciterait à accroître leurs investissements durables et un peu plus d’un tiers (36 %) souhaiteraient voir une forme d’auto-certification par la société de gestion que leurs investissements sont durables.

Story image

La plupart des investisseurs à l’échelle mondiale sont à l’aise avec la perspective d’intégrer la durabilité, 57 % déclarant être favorables à la transition vers un portefeuille entièrement durable, tant que le même niveau de risque et de diversification est maintenu, les jeunes (60 %) étant particulièrement ouverts à cette transition.

En effet, 52 % des investisseurs dans le monde estiment que l’impact environnemental de l’investissement durable est le facteur le plus attractif, contre 39 % qui citent l’alignement avec leurs principes sociétaux. Par ailleurs, 38 % pensent désormais que les placements durables offrent un potentiel de rendement plus élevé.

Story image

Wim Nagler, Directeur des ventes Belgique et Luxembourg chez Schroders, explique :

« Ces conclusions mettent en évidence les attentes croissantes vis-à-vis des gestionnaires d’actifs en matière de lutte contre le changement climatique. Nous nous efforçons de veiller à ce que les investissements que nous gérons pour nos clients soient cohérents avec la transition vers une planète plus durable et bénéficient des opportunités qu’offrira cette transition à l’avenir.

En tant qu’investisseurs et fiduciaires des actifs de nos clients, nous cherchons à influencer activement les comportements des entreprises dans lesquelles nous investissons afin qu’elles soient durables et résilientes.

Dans le même temps, malgré le rôle plus important des gestionnaires d’actifs, il reste clairement plus à faire pour démontrer aux investisseurs qu’une orientation durable ne sacrifie pas forcément les rendements. En effet, nous considérons que la création de valeur durable est intrinsèquement liée à la bonne gestion des défis sociaux et environnementaux.

Nous devons veiller à fournir à nos clients les informations dont ils ont besoin pour évaluer notre performance dans les domaines qui sont importants pour eux. Chez Schroders, nous prenons ces conclusions très au sérieux. Nous avons la responsabilité de faire preuve de leadership sur les principaux enjeux du développement durable et sur la manière dont nous répondons aux besoins en pleine évolution de nos clients dans ce domaine. »

L’enquête a également demandé quelles controverses inciteraient les investisseurs à désinvestir. Les scandales financiers sont le motif le plus cité, ces questions constituant un obstacle à l’investissement plus important que les cyberattaques ou les catastrophes liées au changement climatique. Près de 65 % des investisseurs ont déclaré qu’ils vendraient si leurs investissements étaient affectés par des scandales financiers ou comptables.

Parmi les autres motifs de désinvestissement, les cyberattaques suivent, mentionnées par 61 % des répondants, puis viennent les catastrophes climatiques, identifiées par 60 % d’entre eux. Il est intéressant de noter que, par rapport à leurs homologues européens, les investisseurs d’Asie et d’Amérique sont plus sensibles aux scandales financiers.

Les investisseurs américains sont plus susceptibles de désinvestir en raison des défis liés au changement climatique que l’ensemble des investisseurs dans le monde.

Story image

Les investisseurs sont par ailleurs de plus en plus nombreux à estimer que des mesures mondiales doivent être prises pour lutter contre le changement climatique. L’enquête a révélé que la pression s’intensifie sur la quasi-totalité des principales parties prenantes mondiales – gouvernements, entreprises et même gestionnaires d’actifs – pour en atténuer l’impact.

Près des trois quarts des investisseurs (74 %) ont convenu que cette responsabilité devait incomber aux gouvernements nationaux et aux autorités de réglementation, tandis que plus des deux tiers (68 %) ont placé la responsabilité de la lutte contre le changement climatique sur les entreprises. Toutefois, le principal changement de point de vue sur ces quatre dernières années est le rôle croissant attendu des gestionnaires d’actifs.

Quelque 53 % des investisseurs estiment que les sociétés de gestion et les principaux actionnaires sont responsables de l’atténuation du changement climatique, contre 46 % en 2017.

Story image

Pour lire l’intégralité de l’Enquête Schroders Global Investor 2021 : cliquez ici.

Uniquement pour la presse spécialisée. Pour consulter les derniers communiqués de presse de Schroders, rendez-vous sur : http://ir.schroders.com/media

---------------------------------


1 En 2021, Schroders a demandé à Raconteur Media et iResearch de réaliser une enquête indépendante en ligne auprès de 23 950 particuliers investissant depuis 33 localisations à travers le monde.

Portée de l’enquête : Europe, Asie, continent américain, etc. Les investisseurs dans trente-deux pays ont été interrogés entre le 16 mars et le 7 mai 2021. En Malaisie, l’enquête s’est déroulée entre le 5 juillet et le 2 août 2021.

Selon cette enquête, un « investisseur » correspond à : toute personne envisageant d’investir au moins 10 000 euros (ou une somme équivalente) au cours des 12 prochains mois ; toute personne ayant modifié ses placements au cours des dix dernières années. En raison de ce seuil, Schroders admet que ce groupe et, partant, les conclusions de cette enquête, ne sont pas représentatifs de l’expérience de chacun.

Remarque : concernant les chiffres présentés dans ce document, les sommes totales peuvent ne pas être égales à 100 pour cent du fait des arrondis et des questions à choix multiples.

Wim Nagler
Wim Nagler

Contact presse

Wim Heirbaut Press and media relations, BeFirm
Tânia Jerónimo Cabral Head of Marketing Schroders Benelux, Schroders
A propos de Schroders

Schroders plc

En tant que gestionnaire d'investissement mondial, nous gérons de manière active et responsable des investissements pour un large éventail d'institutions et de particuliers, afin de les aider à atteindre leurs objectifs financiers et à préparer l'avenir. Le monde est en perpétuel changement, et comme nos clients sont au centre de tout ce que nous faisons, nous comprenons la nécessité de continuer à adapter et à faire évoluer nos activités en fonction de ce qui compte le plus pour nos clients, aujourd'hui et à l'avenir.

Notre succès continu repose sur une expérience et une expertise historiques, grâce auxquelles nous nous associons à nos clients pour élaborer des produits et des solutions innovants dans nos cinq domaines d'activité, à savoir les actifs privés et alternatives, les solutions, les fonds communs de placement, la gestion institutionnelle et la gestion de patrimoine, et nous investissons dans un large éventail d'actifs et de zones géographiques. En combinant notre engagement envers la gestion active et l'accent mis sur le développement durable, nos capacités stratégiques sont conçues pour offrir des résultats positifs à nos clients.

Nous sommes responsables de 815,8 milliards d'euros* d'actifs clients, gérés localement par 42 équipes d'investissement à travers le monde. En tant qu'entreprise mondiale employant plus de 5 500 collaborateurs talentueux répartis sur 37 sites, nous sommes en mesure de rester proches de nos clients et de comprendre leurs besoins. Nous avons plus de 200 ans d'expérience en matière d'investissement et d'innovation et nous restons déterminés à créer un avenir meilleur en investissant de manière responsable pour nos clients.

Pour davantage d'informations sur Schroders, veuillez consulter www.schroders.com.

Schroders est placée sous la surveillance de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) en Belgique et de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg.

*Données au 30 juin 2021

Schroders